En complément de son métier et par passion, Christophe Vioux est ferronnier d’art. Il s’est aménagé un atelier dans le garage de sa maison. Dans sa forge, Christophe produit aussi bien des sculptures artistiques, que des fabrications usuelles, avec une préférence pour l’art. « En 2009, je remontais mon atelier et j’ai commencé à faire ma première sculpture. »

Son goût pour la ferronnerie, il le tient de son père. « Il m’a appris à aimer ce travail et me la transmis. Quand j’ai commencé à faire de la sculpture sur métal, il m’a dit que cela ne se faisait pas, qu’on ne faisait pas comme cela. Mon mouvement artistique, c’est le mien. Je fais uniquement ce que j’ai envie de faire ou ce que mes clients me demandent. Et là c’est intéressant, c’est aussi un moment d’évasion. »

Christophe permet à ses clients de trouver un « lien, un reflet d’eux-mêmes » dans les sculptures qu’ils lui commandent. « J’ai réalisé une tête de lion et une tête de bélier pour un couple de retraités. Il a fallu que j’arrive à retranscrire leur vision, faire quelque chose qui leur convient et leur ressemble. Pour travailler, je vais chez eux, j’apprends à découvrir les gens, je regarde leur intérieur, leur extérieur, il faut avoir cette sensibilité-là. Il faut réussir à traduire des émotions. »

Andréa RIVIERE